Concours des poètes

Concours des poètes

  • Lancer l'impression

 

Chaque année, le concours des poètes de la SÉMITAG est lancé à l'occasion du Printemps des Poètes et invite tous les artistes en herbe à s'exprimer en poésie ou en image.

Depuis près de 20 ans, la Sémitag affiche de la poésie sur son réseau, afin d’offrir aux voyageurs un moment d'évasion,tout en apportant une réflexion poétique autour du "vivre ensemble".
Lancés en 2000, les concours de poésie de la Sémitag ont connu un grand succès, en recueillant plusieurs millliers de participants.

Lauréats 2017

La 17e édition du concours des poètes, sur le thème « Voyages », s’est achevée le 5 mai dernier.

Cette édition enregistre un total de 408 participants, 206 pour la catégorie «texte» et 142 pour la catégorie «image».


 

Catégorie - de 12 ans
Voir l'image en grand

Mélaine le Roulier - Collège H. Wallon, 6e Chorale de Mme Bernard

 

Voyages

Long,

Long était le voyage de Christophe Colomb

Qui, pour découvrir de nouvelles contrées,

Entreprit un voyage plein de dangers.

Ce voyage, il le fit pour rapporter quelques grains de riz,

De riz d’Asie…

Au lieu de quoi, il a découvert tout un continent

Totalement dépaysant et regorgeant

D’humains, d’animaux et de fruits :

Quel beau pays pour lui !

D’autres explorateurs,

D’autres découvreurs,

Ont entrepris de faire le tour de la Terre…

Quelles belles croisières !

Moi, mes voyages ne sont pas si grands

Ne sont pas dangereux et je ne découvre rien d’exaltant.

Mais moi au moins je sais dans quelle direction je vais,

En suivant les lignes A, B, C ou D.

Avec ces transports, je vais dans des endroits habituels

Où je mène une vie merveilleusement belle !

 

Elzé Rondouin - Collège Bayaard, Classe de 6e Oisans


 

Catégorie 12-16 ans

Voir l'image en grand

Tina Corme - Collège H. Wallon, 4e D de Mme Bernard

 

Écoute

Les entends-tu ?

Le doux bruissement des oliviers

Qui te murmurent leurs vains appels,

La brise fatiguant leurs branchages,

Dans l’odeur de terre au soleil.

Les entends-tu ?

La rumeur des rouleaux paresseux,

Le grondement sourd des lames géantes,

Le bruit de la coque fendant les vagues,

Les bourrasques faisant claquer les voiles.

Les entends-tu ?

Les clameurs de la vie mondaine,

Le chuchotis des gens pressés,

Leurs corps vibrant au rythme sec

Des cahots berçant la voiture.

Les écoutes-tu seulement ?

Ces sons étrangers chassés par tes écouteurs,

Les regardes-tu seulement ?

Ces contrées méconnues attendant ta venue,

Dis-moi, le voyage t’évoque-t-il vraiment un désir ?

 

Salomé Alacoque


 

Catégorie + de 16 ans

 

Voir l'image en grand

Loan Estevez - École ARIES, Bachelor 3D, VFX & Animation

 

Les yeux fermés

J’ai parcouru la Terre entière

Sans un bateau, sans un avion

Nulle part n’existait de frontière

À mon esprit ce vagabond.

J’ai vu les îles noyées de bleu

Les forêts sombres où l’on se perd

Les hauts sommets vertigineux

La beauté nue des grands déserts.

J’ai bu à toutes les fontaines

Marché sur les sables brûlants

Caressé le dos des baleines

Et volé comme les cormorans.

C’est ainsi que j’ai navigué

Par des après-midis pluvieux,

C’est ainsi que j’ai décollé

Juste en fermant un peu les yeux.

 

Chris del Nido


 

Catégorie "Coup de coeur des internautes"

 

Voir l'image en grand

 

Sandrine Duc

 

Les yeux fermés

J’ai parcouru la Terre entière

Sans un bateau, sans un avion

Nulle part n’existait de frontière

À mon esprit ce vagabond.

J’ai vu les îles noyées de bleu

Les forêts sombres où l’on se perd

Les hauts sommets vertigineux

La beauté nue des grands déserts.

J’ai bu à toutes les fontaines

Marché sur les sables brûlants

Caressé le dos des baleines

Et volé comme les cormorans.

C’est ainsi que j’ai navigué

Par des après-midis pluvieux,

C’est ainsi que j’ai décollé

Juste en fermant un peu les yeux.

 

Chris del Nido

Lauréats 2016

La 16e édition du concours des poètes, sur le thème « Dans le rétroviseur », s’est achevée le 5 mai 2016.
Cette édition enregistre un record de 460 participations, 365 pour la catégorie «texte» et 95 pour la catégorie «image». La vidéo a fait son entrée dans la catégorie image.

Comme chaque année, les participants se sont investis dans ce concours en proposant des productions de grande qualité. Les établissements scolaires de l’agglomération ont fortement contribué à la réussite de cette édition grâce à leur participation.

Les jurys texte et image se sont réunis fin mai pour désigner les lauréats de cette édition. Composés de professionnels du secteur, ils ont récompensé la démarche et l’implication des participants.


 

 

Catégorie - de 12 ans

Voir l'image en grand 
Hugo SEGOUFIN CHOLLET - Collège Henri Wallon

 

Dans le rétroviseur

Dans le rétroviseur de ma voiture,
J’aperçois un cheval, en pleine filature.
C’est la police montée, qu’ai-je donc fait de mal ?
Aurais-je commis une erreur fatale ?
Que me veut donc cette monture,
Qui a pourtant si fière allure ?!
Y a-t-il quelque chose dans mon passé,
Que je dois regretter ?
Soudain, je ne vois plus son reflet dans le miroir !
Il a changé de direction et suit une voiture noire.
J’ai eu peur pour mon permis.
Heureusement il est parti !

Clément CERF

Collège Henri Wallon à St Martin d'Hères


 

 

Catégorie 12-16 ans

Le temps qui passe

Le temps qui passe.
En notre jeunesse,
Il dédicace,
Sans qu’il nous blesse.
Une préface,
D’un beau faciès.
Le temps qui passe.
Qui fait des promesses.
Il traînasse,
En gentillesse,
Nous faisant face
D’une joliesse.
Le temps qui passe,
Fréquente Hadès.
Ils font la chasse,
A la vieillesse.
Notre carcasse,
La met en pièce. 

CARLA TOURILLE
Collège Henri Wallon à St Martin d’Hères

 

Voir l'image en grand
Loula RANC - Collège Henri Wallon


 

 

Catégorie + de 16 ans

Voir l'image en grand

Sandrine DUC

Toute une vie dans le rétroviseur

Dans le groupe des anciens de la fabrique, on aimait se retrouver
Rétro-viveurs, on évoquait le passé du temps de sa splendeur ;
Vitro-rêveurs, on se refermait dans une bulle de verre jusqu’à pas d’heure ;
Recto-liseurs, on ne regardait le monde qu’une page sur deux,
Et c’était toujours celle d’avant qui nous rendait heureux.

Dans la troupe des ex de l’atelier, on tournait en rond.
Pas besoin de téléviseur, on était un réseau social à nous tous seuls.
Pas de diviseur, tous des frères et il y avait, Sara, notre petite soeur.
Tous hétéro-briseurs : chaque jour au travail elle communiquait sa fraîcheur.
Après la faillite, elle est restée généreuse, jamais bégueule.

La chaloupe des naufragés, c’est grâce à Sara qu’elle ne s’est pas retournée.
Si on était devenus hecto-litreurs, c’est aussi qu’on buvait ses paroles.
Parmi les rétro-diseurs, de l’émotion Sara avait presque le monopole.
Chaque mot de la rimeuse, frimeuse frimousse et c’était la belle époque qui revenait.
La flamme sacrée, c’était notre free-muse qui l’entretenait.


Aujourd’hui elle ne tourne plus rond la sarabande des anciens combattants.
Ce n’est plus la bande de Sara, qui a déserté en douceur.
Elle a laissé ses souvenirs, et délaissé tous les rétro-dragueurs.
Elle va de l’avant, sans doute vers les jolis-coeurs.
Elle nous tourne le dos ; j’espère face au bonheur.

Nicolas TAUVERON


 

 

Catégorie "Coup de coeur des internautes"

Mes rétros

Moi, mes rétros, ils contiennent…
Un miroir, une couleur transparente, des petits oiseaux,
être content, une lumière et toi !
Pourquoi toi ? Parce qu’on te voit dedans !
Pourquoi dedans ? Parce que c’est transparent !
Pourquoi un miroir ? Pour voir les petits oiseaux !
Pourquoi regarder les petits oiseaux ? Pour être content !
Pourquoi être content ? Pour être lumineux !
Pourquoi être lumineux ? Pour être ami !
Pourquoi être ami ?
Parce que je suis devant toi !!!
Comment tu sais ça ?
Parce que moi j’ai des rétros … MALIN !!!!! 

Maléna SCHIAVINATO

 

Voir l'image en grand

Noah THIEFFINE